La pédagogie

 

 

On oublie rarement son premier professeur de mathématiques.

 

A l'entrée d'un professeur, on devait se lever. On nous invitait ensuite à nous asseoir.

Mais alors que les autres enseignants prononçaient le traditionnel : "asseyez-vous", Monsieur Laceppe avait coutume de dire : "asseyons-nous". Expression surprenante au départ, mais en réalité beaucoup plus conviviale.

 

Le premier cours de géométrie fut encore plus étonnant. Monsieur Laceppe se plaça debout au fond de la classe.

Il prit un morceau de craie et le lança en direction du tableau. En se brisant sur celui-ci, la craie fit apparaître un point, qu'il nomma A, situé, selon lui, au milieu du Lac de Titicaca.

 

Cette entrée en matière ne laissa personne indifférent. Monsieur Laceppe était un excellent professeur de mathématiques, mais il avait cette petite chose en plus qui s'appelle la pédagogie.

 

Sa craie fracassée sur le tableau avait éveillé notre curiosité. A partir de cet instant, nous sachant attentifs à son cours, il pouvait commencer. En fait, le point A appartenait à la droite (AB).

 

 

Bien sûr, la pédagogie ne se limite pas à une craie fracassée sur un tableau. D'ailleurs, sur le tableau blanc, la craie a cédé la place au marqueur. Il s'agit de faire en sorte que la matière enseignée soit transmise à l'élève avec efficacité. Ainsi, il faut éviter les longs monologues prononcés d'une voie monocorde qui finissent par endormir les élèves. Vous avez sans doute reconnu quelqu'un… Ne comptez pas sur moi pour donner des noms !

 

Le cours doit être vivant. Il faut faire participer les élèves, par un échange de questions et de réponses.

Les démonstrations magistrales sont parfois nécessaires, mais elles doivent être découpées en courtes séquences de quelques minutes. Entre deux séquences, l'attention de l'élève sera moins sollicitée, ce qui lui permettra de suivre la séquence suivante dans de meilleures conditions.

 

Si le cours dure deux heures, il est absolument indispensable de faire une véritable pause au bout de 50 minutes.

Trop de professeurs oublient cette règle. On profite de la pause pour rattraper le retard, du moins le croit-on.

En fait, la plupart des élèves décrochent à la fin de la première heure, et la deuxième heure n'est pas productive.

 

Certains de mes confrères, heureusement peu nombreux, considèrent que la pédagogie est inutile.

Mais posséder le savoir, sans maîtriser l'art de le transmettre, ne sert à rien dans une salle de cours.

Imaginons une automobile équipée d'un moteur très performant. Si on enlève l'embrayage, le véhicule n'avance pas.

En classe, sans pédagogie, un professeur ne saura jamais motiver ses élèves.

 

Mon premier professeur de maths m'a donné envie d'enseigner cette matière.

Mais rassurez-vous, dans votre salon, je ne lancerai pas de craie. J'aiderai simplement votre fils, ou votre fille,

avec ces deux outils nécessaires que sont les mathématiques et la pédagogie.

 

Retour page d'accueil